© Stanislav Dobák

MIRAGE - DÉPLACEMENT (performance)

Olga de Soto déplace sa dernière création, Mirage, de l’espace de la scène à l’espace d’exposition et présente un ensemble façonné d’interventions, performances et actions, composé en dialogue avec l’univers de l’artiste pluridisciplinaire Sophie Whettnall.

L’idée d’image déplacée prenant forme dans les airs est à l’origine de Mirage, dont le travail plastique a été conçu en collaboration avec Sophie Whettnall. La chorégraphe y réinvestit le corps et explore la possibilité d’une partition double, physique et mentale, pour donner forme à un objet fait de corporalités et de dynamiques visibles, tout en s’appuyant sur des images et des dynamiques invisibles, mentalement projetées.

Mirage – déplacement représente une nouvelle étape dans la collaboration entre les deux artistes. Après que le travail de Sophie Whettnall ait visité l’univers d’Olga de Soto et l’espace de la représentation dans Mirage, cette fois c’est au tour de la chorégraphe de visiter l’espace de l’exposition, dans un premier déplacement de sa dernière création, imaginé en dialogue avec les œuvres de la plasticienne présentées dans son exposition La banquise, la forêt et les étoiles.

Mirage – déplacement se développe en deux temps et se présente comme une expérience au cours de laquelle différentes temporalités sont simultanément explorées. Les deux œuvres contiennent des éléments similaires - matériel chorégraphique, états corporels, actions, éléments et matières plastiques -, mais elles existent en tant qu’entités distinctes, chacune reflétant les cadres dissemblables de leur présentation. Mirage a été créé pour l’espace de la scène ; toutefois, si la forme respecte les codes de la représentation, sa conception contient son potentiel déplacement, tandis que Mirage - déplacement, a été conçu pour être présenté dans des contextes d’exposition, déstabilisant les codes de la représentation.

Mirage - déplacement est une forme en continuelle phase de croissance et se déploie sous forme de progression d’actions et d’interventions, déployées dans les différents espaces du bâtiment qui l’accueille. L’accumulation et la superposition des corps, matières et actions sont en partie des rappels des fractures multiples d’un événement en perpétuelle évolution, et dont la durée totale varie en fonction des lieux et des contextes.


concept et chorégraphie Olga de Soto
en collaboration avec
performance et inteprétation Albane Aubry, Edith Christoph, María de Dueñas López, Olga de Soto, Talia De Vries et Meri Pajunpää
son Benoît Pelé
éléments plastiques Sophie Whettnall en collaboration avec Olga de Soto
costumes Line De Munnynck

première le 25 mai 2019 à Centrale for Contemporary Art, dans le cadre de Brussels Art Summit, en partenariat avec BOZAR et WIELS.