INCORPORER

Du front au fond de scène, du garçon à la fille, de l'interprète au chorégraphe, de l'air à l'eau, du son intérieur au son extérieur, du rond souple du ballon aérien, à l'arête rigide et rectiligne du cube pesant, ce simple dispositif suggère déjà mille correspondances. Sauf que la subtilité, prenant la mesure de la distance, est la marque première de cette pièce qui invite au bonheur flottant de la réflexion, beaucoup plus qu'elle n'indique l'astreinte du commentaire. 

Gérard Mayen, Espaces transgressifs, Mouvement (FR), 31 Mars 2004

 

Dans la première partie, sous l’œil de la chorégraphe, Sylvain Prunenec joue, à la manière d’un grand enfant calme, avec des bouteilles d’eau et des ballons à gonfler. Petites expériences, jeu avec la matière, avec le son, avec l’espace. Tout ici se fait en subtilité, en intimité, en étroite et muette complicité avec le public. 

Jean-Marie Wynants, L'insaisissable légèreté du mouvement, Le Soir (BE), 5 Avril 2007

< vers INCORPORER
< vers INCORPORER | ré-activation