© Jorge León

I BELIEVE THAT IF I ACT… (… UPON THE DIMENSION OF TIME IT WILL BE DIFFICULT TO FIND MYSELF AT THE PLACE WHERE I AM EXPECTED TO BE)

C'est à un insoluble problème métaphysique, énoncé vers 465 avant J.-C. sous forme paradoxale par Zénon d'Élée, que se mesure Olga de Soto dans le solo I believe that if I act… (…upon the dimension of time it will be difficult to find myself at the place where I am expected to be). C'est un défi qu'elle se lance à elle-même en s'attaquant à trois des quatre paradoxes par lesquels le philosophe grec affirme la non-existence du mouvement : le Paradoxe de la course à pied, le Paradoxe d'Achille et la tortue et le Paradoxe de la flèche qui vole.

Paradoxes de l'absurde, selon les mots de la chorégraphe, dans lesquels Zénon essayait de démontrer la non-existence du mouvement ; à savoir qu'Achille ne pourra jamais commencer sa course, qu'il ne rattrapera jamais la tortue (qui dispose d'une avance infinie et irrattrapable, malgré sa lenteur sûre et certaine) et que l'action de la flèche se limite à rester suspendue dans une succession infinie d'instants, sans bouger dans les airs, car, selon les mots de Bertrand Russell dans son Historique du problème de l'infini : « (…) le changement de position de la flèche devrait avoir lieu entre les instants, c’est-à-dire - par définition - à aucun moment du temps ». Et le jeu choisi dans cette aventure celui d'être tortue, Achille ou la flèche à différents moments et en même temps, en jouant avec les possibilités que la musique et la danse offrent, en se jouant du temps et de l'espace, comme si, pour suivre le fil de la pensée de Borges dans Les Ruines circulaires, ils étaient tous le rêve de quelqu'un qui est à son tour rêvé par quelqu'un d'autre.

en savoir plus…

PRESSE  |  HISTORIQUE TOURNÉES


production Coto de Caza /  Sota el Bosc Project aujourd'hui Niels Production (Bruxelles)
coproduction Bergen Internasjonale Teater (Bergen) et Klapstuk (Louvain)
durée 25 mins.
chorégraphie, concept de l'installation et interprétation Olga de Soto
musique Carl Philipp Emanuel Bach (Fantasia para piano forte, Sonata per il cembalo solo - Allegro assai), Thierry De Mey (Undo - monodie pour clavecin), Pygmées Baka (Chanson de hutte)
éclairages et son Gaëtan van den Berg
costumes Isabelle Lhoas
réalisation de l'installation Patrick Vandewyer
construction Louis Broothaers

© Jorge León