© Olga de Soto

ALGO SE CRUZA EN LAS PALABRAS AL ESCAVAR BAJO LOS PIES

La Loi sur la mémoire historique (Ley de Memoria Histórica), officiellement appelée Loi pour que soient reconnus et étendus les droits et que soient établis des moyens en faveur de ceux qui ont souffert de persécution ou de violence durant la Guerre civile espagnole et la Dictature, est une loi espagnole de 2007 qui vise à reconnaître les victimes du franquisme.

Ce projet d'Olga de Soto répond à une invitation de la nouvelle direction de Naves Matadero, à Madrid, qui lui donne carte blanche pour aborder cette vaste thématique sous l’angle de son choix. 

Le projet de recherche et de création envisagé par l'auteure a comme point de départ l’histoire des anciens abattoirs de Madrid et celle de ses travailleurs. Il explore plusieurs pistes de recherche qui prenent ce gigantesque complexe architectural, conçu au début du siècle dernier, comme élément moteur. 


Ce projet compte avec la collaboration d'une équipe de chercheurs, constituée par la direction de Matadero, à laquelle viennent s’ajouter des experts et institutions extérieurs.

Équipe de chercheurs :

Jesús López Díaz (Docteur en Histoire de l’Art, spécialisé dans le thème de la réception de la modernité dans l’architecture contemporaine et dans les rapports entre idéologie fasciste et architecture sous la dictature franquiste)

Dorina Adoracín Martínez Aranda (Docteur en Anthropologie Social, spécialisée dans les mouvements migratoires sous la dictature et durant la transition)

Olga de Soto (Chorégraphe et chercheuse en danse)

Résidences de recherche et de documentation :

12.03 - 14.03.2018 — Naves Matadero | Centro Internacional de Artes Vivas, Madrid (ES)
23.04 - 27.04.2018 — Naves Matadero | Centro Internacional de Artes Vivas, Madrid (ES)
04.06 - 08.06.2018 — Naves Matadero | Centro Internacional de Artes Vivas, Madrid (ES)
16.07 - 20.07.2018 — Naves Matadero | Centro Internacional de Artes Vivas, Madrid (ES)